La mode masculine à Montréal

J’en ai déjà parlé ici.  Clusier Habilleur est en train de devenir la référence en mode masculine à Montréal.  Mais voilà que le jeune propriétaire de la boutique lance son blogue.

C’est grâce à lui que j’étais si bien habillé pendant mes deux campagnes électorales.  Bien mieux que mon jeune adversaire péquiste Guillaume Tremblay, qui portait plusieurs fois les mêmes vêtements deux jours consécutifs et qui avait l’air de faire ses noeuds de cravate à hauteur différente chaque jour.  J’ai toujours cru qu’il fallait avoir l’air le plus professionnel possible pour représenter la collectivité: car être professionnel dans son job s’illustre souvent avec la démonstration dans la vrai vie.

Pour ceux qui, comme moi, voudraient être plus à la mode et recherchent un conseiller.  Ou bien pour ceux qui sont à la mode mais qui sont exaspérés des boutiques de vêtements haut-de-gamme pour homme dépassés (la liste pourrait être très longue).  Je vous incite à aller visiter Pierre-Benoit Duhamel chez Clusier.

Clusier a d’ailleurs maintenant deux succursalles à Montréal, une au 46 rue McGill et l’autre sur la rue Bernard, un peu à l’ouest de Parc.

Pay-per-click: Lead Caps ?

For the first time I will not talk about politics, I will talk about pay-per-click.  You might already know that I work in this field, in some way.  I will use this occasion to describe the expression lead caps in both official languages in Canada, so that Google knows what it is.  Unfortunately, we cannot find anything about it, anywhere.

We could state a synonym for this expression: maximum potential contacts.  What I understand is that lead caps is the maximum potential contacts we can provide in one day.  For example:

A real estate agent can do up to 100 visits per week.  His lead cap is limited to 100/5=20 visits of houses per day.  If his website provide him 25 visits per day, he will not be able to do them all.  Then, he doesn’t have to pay for publicity after reaching this lead cap.

Pay-per-click: Lead Caps ?

Pour une fois je ne parlerai pas de politique mais de pay-per-click.  Vous savez possiblement que je travaille dans ce domaine, en quelque sorte.  Je vais donc profiter de l’occasion pour en parler un peu, dans les deux langues officielles du Canada, pour que Google puisse savoir ce que c’est.  Malheureusement, on ne peut trouver aucune information à ce sujet, nul part.

On pourrait traduire ce terme par l’expression maximum de contacts potentiels.  Ce que j’en comprends, c’est que lead caps est le maximum de contacts potentiels qu’on peut fournir dans une journée.  Par exemple:

Un courtier immobilier peut faire 100 visites par semaine avec des clients potentiels.  Son lead cap est donc limité à 100/5=20 visites par jour.  Si son site web lui en fourni 25, il ne pourra pas les effectuer.  C’est donc inutile de payer pour de la publicité après avoir atteint le lead cap.

Pay-per-click: Lead Caps ?

Pour une fois je ne parlerai pas de politique mais de pay-per-click.  Vous savez possiblement que je travaille dans ce domaine, en quelque sorte.  Je vais donc profiter de l’occasion pour en parler un peu, dans les deux langues officielles du Canada, pour que Google puisse savoir ce que c’est.  Malheureusement, on ne peut trouver aucune information à ce sujet, nul part.

On pourrait traduire ce terme par l’expression maximum de contacts potentiels.  Ce que j’en comprends, c’est que lead caps est le maximum de contacts potentiels qu’on peut fournir dans une journée.  Par exemple:

Un courtier immobilier peut faire 100 visites par semaine avec des clients potentiels.  Son lead cap est donc limité à 100/5=20 visites par jour.  Si son site web lui en fourni 25, il ne pourra pas les effectuer.  C’est donc inutile de payer pour de la publicité après avoir atteint le lead cap.

Les tenanciers de gîtes, des travailleurs autonomes

Certains le savent peut-être mais je tiens un gîte touristique au centre-ville de Montréal avec ma conjointe depuis l’été dernier.

J’ai été informé par l’AGTM (Association des Gîtes Touristiques de Montréal) que la Ville de Montréal désirait se servir d’une vieille loi pour imposer une taxe d’affaire aux tenanciers de gîtes touristiques de Montréal et, ultimement, à tous les travailleurs autonomes qui désirent travailler à la maison (informaticiens, coiffeurs, etc…).

Il faut réaliser plusieurs choses: d’abord, un gîte touristique a typiquement de une à cinq chambres .  Pour en tenir un, il faut pratiquement être présent sur les lieux chaque jour, et s’absenter le moins possible.  Comme dépense, il y a les versements hypothécaires, taxes municipales, électricité et la nourriture que vous devons servir à tous les matins.  C’est donc assez peu payant et c’est par passion que certains se lancent dans l’aventure.  D’ailleurs, en 2008, le Québec a perdu plus de gîtes qu’il en a gagné de nouveaux.  (Donc, moins d’ouvertures de gîtes)

La hauteur à laquelle nous serions taxée nous est encore inconnue.  Cependant, les résidences touristiques, elles, ont été taxées rétroactivement à un an, à hauteur de leurs taxes municipales.  Par exemple, nous recevrions un compte de taxes municipales de 3500$ pour 2009, plus 3500$ de taxes d’affaires pour 2009 et 3500$ de taxes d’affaires pour 2008.

Ensuite, il y a 126 gîtes touristiques sur l’île de Montréal (en 2008, 140) et l’ensemble de ces 126 gîtes exploite moins de 450 chambres.  Un Hilton exploite en moyenne 450 chambres.  C’est vous dire à quel point nous sommes une goute dans l’océan hôtelier.  D’ailleurs, avec cette taxe, collectivement, nous rapporterions moins de 400 000$ par année à la Ville de Montréal.

Les gîtes touristiques sont essentiels à l’offre hôtelière dans une ville urbaine.  Une clientèle bien particulière ne recherche que ça.  C’est tout de même plus intéressant, étant touriste, d’avoir l’opportunité de discuter avec des gens de la place sur les politiques locales, le mode de vie local, et les activités à faire dans la ville.

Je vais donc m’impliquer pour tenter de renverser la vapeur.

Mes blogues sont de retour !

Mes blogues et moi-même sommes de retour.

Bon, campagnes[!] terminées, je peux me remettre à éditer ces blogues… maintenant, j’ai le temps !

Je vais déplacer mes photos et vidéos très bientôt ici pour que vous puissiez accéder à ceux-ci.

Je ne crois plus éditer www.cheznouscestpaspauline.com car le temps me manque un peu.  Si elle recommence à faire des gaffes, je mettrai à nouveau des énergies là dessus.  Mais pour les 5 prochaines années, Pauline Marois n’a plus beaucoup de pouvoir.

Bonne semaine,

David Greg